Un mois

Un mois de joie
Où je suis enfin moi.
Un mois où je peux
Dormir et manger un peu.

Un mois sans trop sombré,
Sans que les pensées m'enfonce
Dans un malheur qui me défonce
Un mois d'une joie qui a émergé

Un mois où à mes yeux
Je suis enfin féminine.
Un mois où à mes yeux
Je suis enfin légitime.

Dire que sans eux,
Ce mois heureux
N'aurait jamais eu lieu,
C'est juste merveilleux.

La joie offerte, ainsi,
Par eux, sont indélébie.
Tout ça grâce à ce lundi,
Où j'étais très fébrile
À l'idée de le commencer,
Que je vais jamais jamais regretter.

    Je veux tellement sourire de nouveau

Je veux tellement sourire de nouveau,
J'aurai pas du faire mon co.
Maintenant je suis dans la souffrance
J'ai finalement perdu toute mon assurance.

Que l'on en finisse de mon malheur
Qui me fais souffrir à tout les quarts d'heure.
Que l'on me brûle, moi, Alicia,
Au moins, ça ne sera pas un assassinat.

cliquez ici pour revenir au sommaire des poèmes